CONTRE LES MORALISTES DE TOUS BORDS ET POUR UN ACCES LIBRE ET GRATUIT A L’AVORTEMENT ET A LA CONTRACEPTION : RASSEMBLEMENT DEVANT LA CLINIQUE URBAIN V Lundi 19 novembre à 14H30

jeudi 15 novembre 2012

RASSEMBLEMENT DEVANT LA CLINIQUE URBAIN V

Lundi 19 novembre à 14H30

CONTRE L’ORDRE MORAL ET POUR LA LIBERTE DE CHOIX

Le 19 novembre, une fois encore les catholiques intégristes appellent à une manifestation et à une prière contre l’avortement devant la clinique Urbain V, là où se pratique des IVG. Leur action s’inscrit dans un contexte de croisade homophobe et réactionnaire contre le projet de loi portant sur le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels. Fachos et bigots de tous poils se déchaînent contre ce qu’il considèrent être une « dénaturation » du mariage et de la parenté en mettant en avant la défense des enfants. Déjà, leur sacro-saintes normes ne correspond plus aux réalités sociales actuelles : 50% des mariages se terminent par un divorce et de plus en plus de familles sont monoparentales. De plus la famille hétérosexuelle est loin d’être un havre de paix ! Combien de mômes sont élevés par un parent isolé (la plupart du temps leur mère), vivent dans la précarité matérielle, subissent les maltraitances, la violence conjugale ? Ainsi, c’est non seulement la défense de la famille qui est mise en avant mais celle aussi d’une société basée sur la division sexuelle dans laquelle les femmes sont assignées au foyer, à la reproduction et à fermer leur gueule ! D’où la contrainte à la maternité à tout prix et les incessantes attaques de l’extrême-droite contre la possibilité qu’on les femmes de poursuivre ou non une grossesse.
Cependant, il n’est pas besoin d’afficher des positions anti-avortement pour agir contre le choix des femmes. L’Etat, laïc et républicain, constitue la première menace quant à l’IVG. Les coupes budgétaires dans les services publics et la réforme du secteur hospitalier qui s’opère dans un but de rentabilité financière entraînent la fermeture de plus en plus de centres pratiquant l’ avortement, quand d’autres sont menacés de fermeture.
Des femmes, lorsqu’elles viennent se faire avorter, sont maltraitées au sein des institutions médicales : mal anesthésiées ou pas du tout quand elles sont considérées comme « récidivistes », car ayant recours au moins pour la deuxième fois à l’IVG. Elles sont alors culpabilisées, jugées irresponsables, utilisant mal les moyens de contraception. Les hommes tout aussi responsables, ne subissent pas quant à eux de leçon de morale ou autre pression. L’idée que la contraception ferait disparaître l’avortement est complètement fausse : le risque zéro n’existe pas et aucun moyen de contraception est infaillible. Quelle que soit la raison, c’est à chaque femme et à personne d’autre, de décider si elle doit avoir recours à l’avortement. La culpabilisation repose aussi sur l’idée foncièrement sexiste et essentialiste que toute femme aurait un « instinct maternel ». Ainsi, loin d’être partagé uniquement par les cathos intégristes, l’idéologie nataliste est toujours présente et fortement relayé par l’Etat. Aussi, le tabou autour de l’avortement, qui va de pair avec cette culpabilisation, est encore présent et fait qu’encore nombre de femmes restent isolées et désinformées face à une grossesse non souhaitée.
Enfin, avec la loi sur le statut de l’embryon et du fœtus, qui peut être déclaré à l’état civil, l’Etat sert sur un plateau ce que les anti-avortement revendiquent depuis des années : l’idée que l’embryon est une personne humaine.

Aujourd’hui, en France, la pratique de l’IVG est menacée.
CONTRE LES MORALISTES DE TOUS BORDS ET POUR UN ACCES LIBRE ET GRATUIT A L’AVORTEMENT ET A LA CONTRACEPTION :
_ RASSEMBLEMENT DEVANT LA CLINIQUE URBAIN V
_ Lundi 19 novembre à 14H30

ALLONS CLOUER LE BEC A TOUS CES BIGOTS ! 

Collectif inter-libertaire du Vaucluse (CNT 84, CGA 84, des individuels)



Toutes les brèves du site

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur