Accord secret entre l’UIMM et Denis Gautier-Sauvagnac pour garantir son silence, selon « Marianne »

jeudi 28 février 2008
popularité : 27%


Probablement encore des infos qui ne seront pas relayées au vingt heures, ni demain ni un autre jour ...


Une dépèche de l’AP :

PARIS (AP) — [28/02/2008 20:35]

L’Union des industries des métiers de la métallurgie (UIMM) aurait offert 1,5 million d’euros à son ancien président, Denis Gautier-Sauvagnac, et promis de prendre financièrement en charge ses éventuelles condamnations pécuniaires pénales et fiscales en échange de son silence sur l’identité des bénéficiaires des retraits d’espèces des comptes de l’organisation patronale, affirme l’hebdomadaire « Marianne » à paraître samedi.

D’après l’hebdomadaire, « deux accords occultes » ont été conclus l’an dernier entre l’UIMM et Denis Gautier-Sauvagnac, surnommé « DGS ». Le premier, négocié avant sa garde à vue, prévoit son « départ de la présidence de l’UIMM contre une ’indemnité de mise à la retraite’ de 1,5 million d’euros ».

Le 15 novembre, son départ de la présidence de l’organisation est annoncé, mais il reste cependant délégué général, « poste véritablement opérationnel », explique « Marianne ». Le 27 novembre, il est placé en garde à vue. Aux enquêteurs, « DGS » explique que les quelques 20 millions d’euros retirés en espèces de plusieurs comptes de l’UIMM entre 2000 et 2007 ont servi aux organisations participant à la vie sociale de la France.

L’hebdomadaire affirme qu’à l’issue de sa garde à vue, « DGS » est convaincu qu’il « ne pourra échapper à une mise en examen et à un probable renvoi devant le tribunal correctionnel » et à de probables poursuites fiscales. Il négocie avec l’UIMM, par le biais de ses avocats, « une couverture » en vue de futures condamnations pénale et/ou fiscale.

L’UIMM se serait donc engagée à prendre en charge toutes les éventuelles condamnations liées à la procédure judiciaire en cours. Selon une source proche du dossier, citée par « Marianne », le document « indique de façon implicite que cette garantie va de pair avec le silence de Gautier-Sauvagnac sur les destinataires des millions d’euros ».

L’hebdomadaire précise que l’homme chargé par l’UIMM de négocier avec Denis Gautier-Sauvagnac est Michel de Virville, secrétaire général de Renault, président de la commission des relations du travail et de l’emploi au Mouvement des entreprises de France (Medef) et, depuis le 31 janvier, président de l’Unedic, l’assurance-chômage.

Si l’existence de ces documents est confirmée, et qu’une qualification pénale puisse leur être donnée, ils placeront l’UIMM dans une situation délicate.

Outre « DGS », deux autres personnes sont mises en examen dans ce dossier : Dominique Renaud, chef comptable de l’UIMM, et Dominique de Calan, directeur général adjoint de l’UIMM.

L’enquête a établi jusqu’ici que près de 20 millions d’euros ont été retirés en liquide des comptes de l’UIMM entre 2000 et 2007. Si la justice a retrouvé la trace de près de 3 millions, celle des 17 restant est toujours inconnue. AP


Fin de la dépêche de l’AP....



Denis Gautier-Sauvagnac et Dominique de Calan sont les signataires des 2 conventions à l’origine des "expérimentations" BACPRO 3 ans, signées avec les ministres de l’Education Nationale les 13 décembre 2000 et 29 décembre 2006.

Lors de la signature de la première convention à l’origine du BACPRO 3 ans en 2000, ils étaient dans l’ordre vice-président délégué général de l’UIMM pour le premier et président de l’OPCAIM pour le second.

2 conventions à l’origine des "expérimentations" BACPRO 3 ans, signées avec les ministres de l’Education Nationale les 13 décembre 2000 et 29 décembre 2006.

Lors de la signature de la convention reconduisant et étendant le BACPRO 3 ans en 2006, ils étaient dans l’ordre président délégué général de l’UIMM pour le premier et vice-président de l’OPCAIM pour le second....

L’UIMM est l’Union des Industries Métallurgiques et Minières, branches patronales la plus puissante du CNPF, puis du MEDEF depuis des dizaines d’années.

L’OPCAIM est l’Organisme Paritaire Collecteur Agréé des Industries de la Métallurgie.

Les conventions signées en 2000 et en 2006 donnaient agrément de l’UIMM et l’OPCAIM, en qualité d’organismes collecteurs-répartiteurs de versements exonératoires de la taxe d’apprentissage.

En 2005, l’OPCAIM avait collecté plus de 60 millions d’euros au titre de la taxe d’apprentissage, elle en aura collecté plus de 90 millions d’euros en 2006 ....


Sites favoris


141 sites référencés dans ce secteur