Fichage des délinquants dés l’âge de 3 ans

lundi 26 février 2007
popularité : 42%

L’avis n°95 du Comité Consultatif National d’Ethique sur le rapport de l’INSERM "Détection de troubles du comportement chez le très jeune enfant" est net :

Le CCNE "ne peut approuver une volonté d’inscrire la médecine préventive dans le champ de la répression. .../...

"Une approche visant à prédire une évolution vers des formes violentes de délinquance à partir de troubles précoces du comportement n’est pas pertinente sur le fond en l’état actuel des connaissances et doit donc être proscrite, les paramètres disponibles n’étant pas suffisamment significatifs pour permettre de le faire sans échapper aux préjugés sociaux ou idéologiques toujours présents dans nos sociétés" Après un rappel des raisons de la saisine du CCNE par le collectif "Pas de zéro de conduite pour les enfants de 3 ans", l’énoncé des réflexions insiste sur l’ambiguïté de la définition préalable retenue qui "tend à occulter les frontières entre pathologie et délinquances, entre démarche médicale et démarche judiciaire".

Il insiste sur le danger de stigmatisation des enfants : "une médecine préventive ne doit pas être confondue avec une médecine prédictive" au risque de "faire advenir ce que l’on a prédit du seul fait qu’on l’a prédit".

"Le CCNE redit son opposition à une médecine qui serait utilisée pour protéger la société davantage que les personnes, d’autant plus qu’il s’agit de très jeunes enfants".

Contestant la représentativité du "groupe d’experts" choisis, le CCNE regrette l’absence d’exigence pluridisciplinaire lors de sa constitution et "estime très souhaitable que tous les acteurs de la prévention -parents, pédiâtres, psychologues, pédopsychiatres, enseignants, assistantes maternelles, conseillers pédagogiques, éducateurs, médecins et infirmières scolaires- soient associés à la conception et au suivi de telles mesures."

En savoir plus : C N E


Sites favoris


141 sites référencés dans ce secteur