Après le 23 septembre, amplifions la mobilisation pour gagner !

vendredi 24 septembre 2021
par  collectif.anim
popularité : 46%

Rentrée 2022 : encore des suppressions de postes

Le Projet de loi de finances, présenté hier, montre que le Ministre s’entête dans sa politique de casse du service public et de dégradation des conditions de travail des personnels : il prévoit de supprimer 400 postes d’enseignant·es dans le second degré pour financer des postes de CPE, d’AS et des personnels d’inspection.

La loi Rilhac : une attaque majeure

Dans les écoles, la colère gronde également. L’exécutif présente à l’Assemblée nationale le projet de loi Rilhac qui vise à donner une "autorité fonctionnelle" aux directeurs et directrices d’école. Les personnels n’ont pas besoin de plus de hiérarchie dans les écoles, ils ont besoin de plus de soutien de leur administration et de plus de moyens. Ils ont besoin d’enseigner dans des bâtiments salubres, d’avoir accès à la médecine du travail, de travailler en coopération avec des personnels médico-sociaux et des personnels AESH.

Contre les contre-réformes Blanquer dans les lycées

Les personnels et les élèves subissent les effets des réformes des lycées et du bac. Après deux ans de mobilisation contre la casse du bac et les E3C, le ministre impose la généralisation d’un contrôle continu élaboré localement avec le projet local d’évaluation, un véritable recul pour notre liberté pédagogique et une casse majeure du cadrage national du diplôme.

Pour SUD éducation, il faut d’urgence gagner les moyens de construire l’école de demain, une école plus juste, plus égalitaire, qui réponde à l’impératif de la reconversion écologique de la société.

À chaque date de mobilisation, soyons de plus en plus nombreux et nombreuses !

SUD éducation appelle les personnels à poursuivre la mobilisation, à l’amplifier pour construire une mouvement massif, pour cela l’appel à la grève interprofessionnelle du 5 octobre doit être un point d’appui.

SUD éducation appelle, avec l’intersyndicale, les personnels à se mettre massivement en grève le 19 octobre pour les droits des AESH. Blanquer fait de l’école inclusive une vitrine de sa politique éducative alors que les conditions d’emploi des personnels AESH sont inacceptables. Soyons nombreux et nombreuses pour gagner un vrai statut de la Fonction publique pour les AESH.



Le tract :

PDF - 100.8 ko

Documents joints

PDF - 100.8 ko
PDF - 100.8 ko