Nouvelle évolution dans la gestion des cas de Covid-19 : les profits des entreprises avant la santé des élèves et personnel !

mercredi 23 septembre 2020
popularité : 44%

Le ministre Blanquer a déclaré à la presse avoir fait évoluer le sanitaire à compter de du 20 septembre. Pour le ministère, désormais un seul cas d’élève testé positif à la Covid-19 ne suffit plus pour placer à l’isolement l’ensemble de la classe.

Dans un contexte où la deuxième vague épidémique prend de l’ampleur, alors que plusieurs hôpitaux reviennent à seuil limite, il faudra attendre le 3e cas avéré dans une classe pour envisager sa fermeture.

Le ministre le dit lui-même : il s’agit d’éviter que les parents gardent leurs enfants et ne se rendent pas sur leur lieu de travail. La santé des élèves, des personnels et de leurs familles passe après les profits du patronat et des actionnaires. Après une rentrée qui s’est déroulée dans des conditions catastrophiques par manque de moyens humains et matériels, la priorité gouvernementale est de produire pondre des directives permettant de minimiser le nombre de classes fermées.

La fédération SUD éducation dénonce la gestion de la crise sanitaire à coups d’injonctions contradictoires et irresponsables, dans l’improvisation permanente. Ces voltes-faces successives annoncées par voie de presse sont anxiogènes pour les familles, les élèves et les personnels. Plutôt que de chercher le buzz médiatique autour de la tenue vestimentaire des élèves, la priorité du ministre devrait être de donner aux personnels, parents et élèves les moyens d’éviter l’apparition de clusters dans les écoles et établissements et d’assurer la continuité dans les apprentissages.

Rappelons que SUD éducation revendique depuis le printemps un plan d’urgence dans l’éducation dans le but d’assurer une rentrée rassurante sur le plan sanitaire et à même de compenser les inégalités qui se sont accrues pendant le confinement.

PDF - 92.6 ko