Touche pas à ma ZEP

communiqué SUD éducation
vendredi 3 février 2017
par  Pierre L
popularité : 11%

Touche pas à ma ZEP

Communiqué SUD éducation

Dès le début de cette année scolaire de nombreux lycées dans plusieurs académies se mobilisent pour l’éducation prioritaire menacée par les décisions gouvernementales.Un appel à tous les personnels est lancé (voir plus bas).

Depuis le début janvier 2017 la mobilisation s’enracine et continue de se développer par la grève, les manifestations, les rassemblements, les occupations. En effet le ministère ne répond toujours pas sur l’essentiel des revendications.

Les dernières manifestation nationale du 19 et du 27 janvier ont été réussies et dynamiques avec de nombreuses délégations des départements touchés par la lutte. La mobilisation s’est étendue pour la première fois dans les académies de Lyon, Montpellier et Mayotte où des rassemblements ont eu lieu comme à Marseille.

De nouveaux établissements entrent à chaque nouvelle journée dans le mouvement, un concert militant le 3 mars, de nouvelles initiatives après les vacances…

Un vrai statut de l’éducation prioritaire en lycée !

Plus de 100 lycées de 14 académies ont maintenant signé l’appel de « Touche pas à ma Zep ». On y trouve des lycées qui sont classés ou qui revendiquent à juste titre leur classement. La mobilisation a donc toujours vocation à s’élargir à de nouveaux établissements.

Avec les personnels, revendiquons :

  • Une carte élargie de l’éducation prioritaire et un label sur des critères nationaux et transparents,
  • Des moyens pérennes et des droits pour tou-te-s,
  • Des postes et des seuils d’effectifs contraignants.

Les atermoiements du gouvernement doivent cesser !

Il est possible de gagner, c’est ce que montrent les reculs partiels de la ministre : prolongation jusqu’en 2019 des indemnités, sauvegarde des bonifications pour les collègues en poste avant 2015, annonce de 450 postes par redéploiement pour la seule rentrée 2017.

Il faut maintenant que le gouvernement s’engage sur un statut pérenne avec de véritables moyens pour l’éducation prioritaire en lycée.

La couverture médiatique qu’ont su se donner les personnels, notamment dans le collectif TPMZEP, avec des articles et tribunes dans les médias régionaux et nationaux, le soutien apporté au mouvement par une pétition signée par plus de 300 universitaires, mettent sous pression le gouvernement qui veut faire de son bilan sur l’école un argument électoral.
La ministre doit cesser son attitude méprisante et recevoir les représentant-e-s des établissements en lutte, des collectifs et les organisations syndicales pour acter une véritable carte de l’éducation prioritaire en lycée.

SUD éducation renouvelle son soutien aux revendications de ce mouvement et aux décisions des AG de grévistes.

Maintien des lycées dans l’éducation prioritaire !
De véritables moyens pour l’ensemble de l’éducation prioritaire !

Manif à Marseille le 19 janvier 2017


Appel à tous les personnels des lycées en éducation prioritaire

“Touche pas ma ZEP !”

Loin de la com’ ministérielle sur une pseudo volonté de revitaliser l’éducation prioritaire, les décisions se succèdent qui signent sa destruction programmée. Les collèges et les écoles sont nombreux à découvrir des moyens en forte baisse par rapport à la rentrée 2015 alors même qu’ils ont conservé le label REP : "REP+ = Rien En Plus !".

Quant aux lycées, après avoir sans cesse repoussé la publication d’une liste des lycées maintenus en éducation prioritaire, Najat Valaud-Belkacem vient dans un récent courrier* au député d’Asnières-sur-Seine Sébastien Piétrasanta d’annoncer leur sortie de tout dispositif dès 2017, y compris pour les lycées professionnels.

L’argument avancé par la ministre est celui de la priorité donnée à la scolarité obligatoire dans la refondation de l’éducation prioritaire.
Pourtant le ministère continue bien d’afficher comme un de ses objectifs principaux d’en finir avec les 150000 jeunes sortants chaque année sans diplôme du système scolaire. Or la difficulté scolaire ne s’arrête pas à 14 ans !
Comment expliquer alors la décision de supprimer en lycée les moyens supplémentaires liés à l’éducation prioritaire ?

La première conséquence sera la dégradation des conditions d’enseignement et de réussite des élèves de ces lycées accueillant une majorité d’élèves issus de milieux défavorisés : hausse des effectifs par classe, baisse de l’offre d’options et des cours en demi-groupe, etc.
Cela signifiera aussi une dégradation des conditions de travail des personnels.

Par ailleurs, les personnels perdront leur prime ZEP et leurs bonifications pour les mutations.

Cette dégradation des conditions d’enseignement et de la rémunération entraînera une rotation accrue des équipes pédagogiques mettant en péril le travail en équipes essentiel à la réussite des élèves dans ce type d’établissement.

Nous contestons la sortie des lycées relevant de l’éducation prioritaire.
Nous exigeons la mise en place d’un statut et d’une carte élargie de l’éducation prioritaire pour les lycées avec la garantie d’effectifs limités, de moyens supplémentaires et de compensations spécifiques pour l’ensemble des personnels, assurant ainsi la stabilité des équipes.

Plusieurs lycées ont déjà décidé de se mettre en grève dès la rentrée 2016 si des engagements fermes n’étaient pas pris par le ministère.

http://www.tpamz.levillage.org/spip...


Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois