Vœux de la Présidence (université du Vaucluse) aux contractuels doctorants : r’filemoi 400 € d’ici le 9 janvier ou j’te casse

Communiqué SUD Éducation Vaucluse
mardi 23 décembre 2014
par  Pierre J
popularité : 29%

PDF - 97.8 ko

Le vendredi 19 décembre, à quelques heures de la fermeture de l’Université pour congés obligatoires de « fin d’année civile », les contractuels de l’UAPV [1] on reçu par courriel en même temps que les vœux de leur Président, une lettre scannée veille de 14 jours, leur sommant de rembourser dans les plus brefs délais leur inscription à l’université.

Rappelons que depuis la LRU [2], les contractuels doctorants ne sont plus de boursiers de l’État mais des contractuels enseignants chercheurs de l’UAPV avec toutes les obligations afférentes, plus celle de s’inscrire en doctorat et de soutenir sa thèse dans les trois ans. Ceci pour un salaire aligné sur l’ancienne bourse ministérielle qui, elle, à défaut d’être suffisante garantissait une certaine autonomie du doctorant et par conséquent l’objectivité de ses résultats.
Aujourd’hui, ils sont devenus la catégorie la plus fragile des contractuels chercheurs, pris en étau entre l’ultra sélectivité des candidates à cette fausse alternative de bourse doctorale et la multiplication des contraintes contractuelles. Jalousés par les doctorants ne bénéficiant d’aucun soutien financier et pressurisés par l’université dont ils assurent la productivité scientifique, ils doivent de plus se plier à de multiples tâches sans lien avec leurs recherches.

L’UAPV ose enfin le raisonnement que le MEDEF n’osera jamais : un travailleur salarié est par définition un privilégié vis à vis des travailleurs non salariés... il est donc absolument urgent de combattre cette injustice avant 2015, commençons par leur faire payer le droit de recevoir un salaire.

Mais, bien sûr, on fait cela avec humanité : le travailleur qui, du fait du très faible salaire qu’on lui verse, serait en difficulté pour payer 400 € dans la semaine qui suit, peut étaler son paiement en trois fois en autorisant son employeur à prélever sur son compte. Il peut même faire une demande d’exonération s’il pense être dans la situation absolument extrême du R719-50 du code de l’éducation nationale, demande qui sera considérée par … son employeur l’université, et dans laquelle il lui est demandé de joindre … ses bulletins de salaire.

Vu l’urgence de la situation, SUD, syndicat de combat et de proposition, ne comprend pas pourquoi le Conseil d’Administration ne va pas au bout de son raisonnement et réclame à TOUS les diplômés locaux d’Avignon ; y compris l’habilitation à diriger les recherches (HDR) ; y compris bien sûr les membres du CA par souci d’exemplarité ; de rembourser leurs propres frais de diplôme depuis l’instauration de la LRU. En effet, le rectorat a toujours estimé cette mesure d’exonération non conforme à la LRU.

C’est ça l’avantage d’être une PMU [3] dans la LRU : un véritable laboratoire d’expérimentation sociale. Du pur zèle à exécuter toutes les directives pour défendre son indépendance de … de qui déjà ?

Avignon, le 19 Décembre 2014

Contact : Eric SanJuan
tel : 06 86 23 01 19


[1UAPV : Université dite « d’Avignon et des pays de Vaucluse »

[2LRU : Loi de Responsabilisation des Universités

[3PMU : Petite et Moyenne Université


Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois