Palestine il est temps ! ça suffit ! Basta ! Avignon samedi 18 octobre, 14 h 30, angle place Viala et rue de la République, animations et prises de parole

par le collectif 84 pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens.
mardi 14 octobre 2014
par  Pierre L
popularité : 27%

Palestine il est temps ! ça suffit ! Basta !
Avignon samedi 18 octobre, 14 h 30,
angle place Viala et rue de la République,
animations et prises de parole

par le collectif 84 pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens.

Toute la semaine dans nos régions et nos villes,
nous nous mobilisons pour dire ensemble

ÇA SUFFIT ! BASTA !
RESPECT DES DROITS DU PEUPLE PALESTINIEN !

Une fois de plus l’Etat d’Israël bafoue les règles du droit international et humanitaire et les droits humains les plus élémentaires. Avec l’agression contre la population palestinienne de Gaza, il a dépassé les limites.

L’IMPUNITE GARANTIE… C’EST UN FEU VERT AUX CRIMINELS DE GUERRE !

Ces violations sans limites du droit international ne seraient pas possibles sans l’impunité dont bénéficie Israël depuis des décennies.

Les larges secteurs de l’opinion qui se sont mobilisés cet été attendent des actes politiques concrets.

Il faut obtenir sans délai la levée du blocus de Gaza et, au-delà, la fin de la colonisation et de l’occupation.

POUR CELA, LA FRANCE DOIT

SANCTIONNER L’ETAT D’ISRAEL

o Mettre l’embargo sur les armes et cesser toute coopération militaire avec Israël

o Interdire l’entrée des produits des colonies et toute relation d’affaires profitant à la colonisation

o Faire suspendre l’accord d’association UE-Israël

RECONNAITRE L’ETAT DE PALESTINE

Notre pays doit aussi engager des poursuites contre les Français auteurs ou complices de crimes de guerre lors des opérations contre la population palestinienne.

La liberté et les droits des peuples, la justice et la paix ça nous concerne !

Agissons pour porter ces exigences. Signez les pétitions.

Collectif 84 pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens :

France Palestine Solidarité (AFPS), MRAP , Ligue des Droits de l’Homme (LDH), Mouvement de la Paix, Union Juive Française pour la Paix (UJFP), Cimade, RESF, FSU 84, Solidaires , Sud- éducation, Front de Gauche ( PCF – PG – Ensemble – PCOF), Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) – Europe Ecologie les Verts (EELV) - Jeunesse Communiste (MJCF) – ATTAC – Amis de l’humanité – M’PEP - ADECR


RÉSUMÉ DES CONCLUSIONS DE LA SESSION EXTRAORDINAIRE SUR GAZA DU TRIBUNAL RUSSELL SUR LA PALESTINE

mercredi 8 octobre 2014 par Tribunal Russell pour la Palestine

BRUXELLES, 25 SEPTEMBRE 2014

Puisse ce tribunal prévenir le crime de silence.
Bertrand Russell, Londres, 13 novembre 1966

1. En juillet et août 2014, lorsqu’ont été diffusées les images de mort, de destruction et de désespoir infligés aux citoyens palestiniens de Gaza, les peuples du monde entier ont été frappés par un sentiment viscéral d’indignation, de colère et de dégoût.

Pendant trop longtemps, des crimes et de graves violations des droits de l’homme ont été commis contre le peuple palestinien par les autorités israéliennes occupantes, et ce en toute impunité.

L’occupation, le blocus et le siège imposés au territoire de Gaza sont synonymes de peines collectives, mais le tout récent conflit s’est caractérisé par une intensification nette de la campagne visant à punir collectivement et à terroriser la population civile.

L’opération "Bordure protectrice" a non seulement été la troisième attaque militaire majeure sur Gaza en 6 ans, elle a également été marquée par une augmentation significative de l’échelle, de la sévérité et de la durée de l’attaque. Il s’agit de l’attaque israélienne la plus importante sur la bande de Gaza depuis le début de l’occupation des territoires palestiniens en 1967.

Au vu de cette violence cyclique et dévastatrice et de la probabilité qu’elle se perpétue, les membres du Tribunal ont pris conscience de la nécessité de donner la parole au peuple de Gaza et d’exprimer l’absolue nécessité d’une action urgente.

Le Tribunal Russell sur la Palestine espère se faire la voix de la conscience et contribuer, dans une certaine mesure, à ce que les coupables répondent de ces actes terribles et inhumains.

2. Sur les 50 jours qu’a duré le conflit, quelque 700 tonnes de munitions ont été utilisées par les forces armées israéliennes dans le cadre d’un bombardement aérien et d’une offensive terrestre soutenus. Ce chiffre approximatif équivaut au largage de deux tonnes de munitions par kilomètre quarré dans la bande de Gaza.

Ces actions ont eu pour résultat :

2188 Palestiniens morts dont au moins 1658 civils ;
11 231 blessés parmi les civils ;
18 000 logements endommagés (13% de l’ensemble des logements disponibles à Gaza ont été partiellement ou complètement détruits) ;
le déplacement interne de quelque 110 000 civils ;
la destruction totale de huit établissements de santé et les dommages causés aux nombreux autres établissements, 17 hôpitaux sur 32 ont subi des dégâts et six ont dû fermer leurs portes ;
la destruction massive des équipements d’approvisionnement en eau privant 450 000 civils d’accès aux services municipaux de distribution d’eau ;
la destruction de la seule centrale électrique de Gaza, privant la totalité de la bande de Gaza d’électricité pendant approximativement 20 heures par jour et ayant dès lors un impact considérable sur le traitement de l’eau, sur l’approvisionnement en nourriture et sur la capacité des établissements médicaux à s’occuper des blessés et des déplacés ;
les nombreuses attaques lancées contre des infrastructures parrainées et contrôlées par l’ONU et leur destruction, y compris trois écoles de l’UNRWA qui servaient de refuges temporaires ;
la destruction intégrale de 128 commerces et les près de 550 millions USD de dégâts causés aux terres agricoles et au bétail ;
des attaques contre des propriétés culturelles et religieuses.

Enfin, le conflit a laissé derrière lui quelque 373 000 enfants ayant besoin d’un soutien psychologique direct et spécialisé.

Cette attaque a été à ce point répandue et systématique que l’Autorité palestinienne estime qu’il faudra 7,8 milliards USD pour réparer les dommages causés aux infrastructures civiles et d’État.

Pour lire le rapport complet :
http://www.ujfp.org/spip.php?article3565


Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur