Le collège Voltaire de Sorgues en difficulté

ÉDUCATION PRIORITAIRE NE PEUT RIMER AVEC STAGNATION BUDGÉTAIRE !
vendredi 27 septembre 2013
popularité : 12%

ÉDUCATION PRIORITAIRE NE PEUT RIMER AVEC STAGNATION BUDGÉTAIRE ! Le collège Voltaire de Sorgues en difficulté

Les enseignants du collège Voltaire de Sorgues et leurs sections syndicales SUD-FO-UNSA ont découvert qu’il leur serait impossible d’assurer dans un tout proche avenir ni leur mission d’enseignement ni toutes les actions pédagogiques prévues.
En effet, la subvention versée par le Conseil Général ne permet plus d’assurer à la fois la vie matérielle et la vie pédagogique du collège.
Pour rappel, depuis les lois de décentralisation de 1986 confiant la responsabilité des collèges publics aux départements, il appartient aux Conseils Généraux de déterminer leur participation aux dépenses de fonctionnement des collèges. L’article L 213-2 du code de l’Éducation précise que « le Département assure l’accueil, la restauration, l’hébergement ainsi que l’entretien général et technique, à l’exception des missions d’encadrement et de surveillance des élèves, dans les collèges dont il a la charge ». Ainsi la subvention de fonctionnement que le Conseil Général verse aux collèges publics et privés est la principale ressource des établissements. Elle est calculée sur la base des effectifs, de la surface de l’établissement et de la viabilisation des années précédentes.

Or la hausse des dépenses réelles de viabilisation constatée au cours des trois dernières années n’a pas été prise en compte : la subvention versée par le Conseil Général est restée constante, se fondant sur le seul critère du nombre constant des effectifs.
Ainsi, le collège Voltaire a été contraint à plusieurs reprises de puiser dans ses fonds de réserve (qui servent en cas de « coups durs ») pour honorer des factures d’électricité, gaz, eau, contrats d’entretien, ce qui n’est aujourd’hui plus possible, ces fonds de réserve ne pouvant baisser au-delà d’un seuil minimal réglementaire.

Aussi, si le Conseil Général, qui n’a toujours pas accéder à la demande d’audience de la direction du collège, n’alloue pas rapidement un complément à la subvention attribuée à Voltaire, le collège ne pourra plus assurer dans des conditions tenables sa mission première d’enseignement :

  • impossibilité d’acheter des livres,
  • bientôt plus de papier pour la photocopieuse alors que les élèves de 5es, 4es et 3es n’ont pas de manuels en Français,
  • annulation des sorties scolaires, y compris celles régulières pour aller au stade et qui nécessitent un moyen de transport,
  • aucun voyage, même ceux déjà programmés,
  • plus de produits pour l’infirmerie, ni pour le nettoyage

Rappelons que le collège Voltaire relève de l’éducation prioritaire et fait partie d’un Réseau de Réussite Scolaire : son rôle est donc primordial au sein du quartier et de la ville et il n’est pas concevable que notre mission de service public d’éducation de permettre « la construction d’un avenir personnel et professionnel et préparer à l’exercice de la citoyenneté » (Article L122-1-1 du code de l’Éducation) soit entravée et reléguée derrière la gestion matérielle des locaux.
Les personnels ainsi que leurs sections syndicales appuient la demande d’audience du chef d’établissement et exigent d’être reçus au plus vite par le Conseil Général.
Ils sont déterminés à utiliser tous les moyens nécessaires pour retrouver les conditions d’exercice normales de leur mission s’ils n’obtenaient pas de réponse.

Le 12 septembre 2013


Navigation

Articles de la rubrique