On change de gouvernement, pas de méthode ! par le collectif du 21 octobre

lundi 17 décembre 2012
par  Pierre L
popularité : 21%

ON CHANGE DE GOUVERNEMENT, PAS DE MÉTHODE !

05/12/2012

RÉPRESSION POLICIÈRE SUR LE RASSEMBLEMENT CONTRE LE PROJET LYON-TURIN

Hier, lundi 3 décembre 2012, devant la gare des Brotteaux, se rassemblaient orgas et collectif contre le projet inutile de la ligne de train à grande vitesse reliant Lyon-Turin.

Venus de France et d’Italie, tous venaient dire leur refus à l’occasion du Sommet Hollande - Monti qui se déroulait à Lyon, Sommet qui devait ratifier les budgets de ce projet coûteux et destructeur.

Ce rassemblement autorisé a été littéralement encerclé par des forces de police démesurées puis enfermé pendant plus cinq heures, harcelé, agressé et gazé par des bataillons de CRS, survolé par un hélicoptère de midi à 20H30 sans interruption.

Alors qu’une action en justice est actuellement en cours d’instruction pour dénoncer les abus liberticides de la journée du 21 octobre 2010, les forces de police sous les ordres du préfet et du ministre de l’intérieur M.Valls, ont renouvelé ce même dispositif, que nous connaissons sous le nom de "kettling".

Cette méthode de répression préventive, rappelons le, est utilisée largement depuis plusieurs années à travers le monde pour étouffer les mouvements sociaux, effrayer les populations et les remonter contre des groupes militants désignés comme fauteurs de troubles et criminaliser les manifestants.

Le Collectif du 21 octobre présent ce jour là, dénonce cette répression, appelle à une réponse large et déterminée contre cette banalisation de méthodes policières liberticides et illégales.

Le Collectif soutient les manifestants arrêtés pendant ce rassemblement transformé en souricière, et encourage ceux qui le souhaitent et en particulier ceux qui ont été victimes de violence à porter plainte contre les services de l’Etat pour « entrave aux libertés de circulation et de manifestation » et à témoigner par écrit de ce qu’ils ont vu et subi.
Ces plaintes pouvant venir ajouter des éléments importants à l’instruction en cours.

Le Collectif souligne le travail important de suivi et de soutien aux manifestants effectué par la Caisse de solidarité, il souligne le calme, la solidarité et l’intelligence des manifestants face à cette répression infondée et illégale, il remercie la brasserie située sur la place, qui a refusé de fermer ses portes comme lui avait conseillé la police et à accueilli sans condition les manifestants par ce grand froid pendant toute la durée de cet enfermement.

Le Collectif du 21 octobre appelle l’ensemble des organisations politiques, syndicales et associatives ainsi que tous les individus qui refusent cette volonté de l’Etat de domestiquer la rue protestataire, à se mobiliser largement.

Collectif du 21 octobre
05/12/2012


Le collectif du 21 octobre s’est constitué du temps de Sarkozy, lors du mouvement contre la réforme des retraites en 2010. Voilà son communiqué de l’époque pour expliquer ses motivations.

Communiqué à la suite du 21 octobre 2010

EN PLEINE MOBILISATION SUR LES RETRAITES, LE GOUVERNEMENT VIOLE LES LIBERTÉS FONDAMENTALES

Le gouvernement a franchi à Lyon une étape supplémentaire dans sa dérive sécuritaire et sa remise en cause des libertés fondamentales.

Pendant plusieurs jours, un chaos social a été organisé, avec des interruptions « préventives » des transports en commun et une sur- présence de policiers lourdement armés, qui étaient là pour maintenir un climat d’angoisse.

Le jeudi 21 octobre, entre 13h30 et 19h30, plusieurs centaines de personnes, majoritairement des jeunes, voire des mineurs, ont subi, sur ordre de l’autorité préfectorale, une garde à vue de fait en plein air, place Bellecour, totalement illégale.

Elles étaient venues rejoindre le cortège d’une manifestation autorisée, ou passaient simplement pour se rendre à leur travail ou ailleurs.

De nombreux témoignages confirment qu’un grand nombre d’entre elles a été soit gazé, soit flashballé, ou encore matraqué, arrosé pendant plusieurs heures dans la nasse fermée par un double cordon de CRS, de gendarmes et de policiers qu’était devenue la place Bellecour.

De plus, ces nombreux témoignages nous conduisent à nous interroger sur les pratiques discriminatoires des forces de l’ordre, dont certains membres proféraient des injures racistes ou libéraient les jeunes selon leur faciès, et qui plus généralement, ont systématisé les contrôles d’identité de toutes les personnes retenues sur la place et les photographies d’identité au faciès.

A ces accusations graves, l’autorité préfectorale doit apporter une réponse claire et permettre une vérification de tous les dossiers constitués à cette occasion ; il est regrettable que l’autorité judiciaire n’ait pas été mise en situation d’assurer immédiatement sa mission de protection des libertés individuelles, relativement aux mesures de rétention collective, de contrôles, de vérifications et de relevés d’identités opérées en ces circonstances.

Au surplus, la procédure de comparution immédiate a été utilisée, laquelle ne permet pas une véritable défense individuelle, repose rarement sur des éléments matériels de preuve et répond à un souci de médiatisation, au risque de méconnaître les principes du procès équitable énoncés par la Cour Européenne des Droits de l’Homme et repris par le Conseil Constitutionnel et la Cour de Cassation.

Les organisations soussignées entendent tout faire pour rétablir les droits démocratiques et les libertés fondamentales bafouées et les faire respecter.

Elles appellent la population et les organisations attachées aux droits démocratiques à faire bloc contre l’ensemble de ces atteintes aux droits.

Elles décident d’organiser un meeting dans la semaine du 24 novembre avec témoignages, paroles de juristes et intervention d’une personnalité nationale donnant toute leur dimension à ces pratiques.

Elles décident de récolter des témoignages – au sens juridique du terme – pour examiner la possibilité d’un dépôt de plainte. Elles décident d’assurer le soutien aux inculpés et de demander l’abandon des poursuites

http://www.collectif21octobre.fr/do...


Quand à ce qui s’est passé le 3 décembre 2012 lors du sommet franco-italien à Lyon, en voici un témoignage.

Comment le gouvernement a bafoué la liberté de manifester contre le Lyon Turin

Lors du sommet franco-italien du 3 décembre, les manifestations pacifiques contre le Lyon Turin ont été empêchées et des provocations policières ont eu lieu. Voici un témoignage précis de ce qui s’est passé.

Noël Communod et Laurent Blondaz (Reporterre) - 7 décembre 2012

Sommet Franco-Italien du 3 décembre : le récit d’un des organisateurs de la manifestation contre le Lyon-Turin

Le sommet Franco-Italien du 3 décembre s’est entaché d’un déni notoire de démocratie.

On a pu observer l’art de l’arbitraire qu’ont les deux gouvernements français et italien : cette manière d’engager des milliards d’euros d’argent public dans un projet inutile, au profit de multinationales du BTP, d’endetter les peuples, de leur imposer des projets inutiles, tout en interdisant aux citoyens de s’exprimer.

De nombreux opposants au Lyon-Turin venus d’Italie et de Savoie pour manifester pacifiquement ont été bloqués aux tunnels du Fréjus ou du Mont-Blanc, au péage à l’entrée de Lyon, où des troupes de CRS avaient été disposées.

Après de nombreux tracas, des bus de militants ont pu finalement passer grâce à l’action de Noël Communod, conseiller régional EELV-RPS, président du Mouvement Région Savoie, militant actif de la Coordination contre le Lyon-Turin qui organisait cette manifestation.
S’attendant à des sabordages de cette manifestation, Noël est venu exiger sur la plate-forme du tunnel du Fréjus que les personnes puissent librement circuler.
Il livre ci-dessous son récit de la journée et s’interroge sans langue de bois sur les agissements provocateurs des forces de l’ordre :

7h30 : Je suis au Tunnel de Fréjus, à 210 kilomètres de Lyon, sortie France. Il fait -11° et pas un endroit pour prendre un café.
Un convoi de cars de CRS est déjà là ; ils sont pour l’instant au chaud à l’intérieur.
Quatre membres de la PAF (police aux frontières) sont déjà à l’œuvre et arrêtent les voitures, ouvrent les coffres…
Une limousine noire est arrêtée dans un coin discret.

Je m’adresse aux responsables CRS et PAF et je leur indique que je suis là pour accueillir les italiens que nous avons invités et constater que tout se passe bien et qu’il n’y aura d’abus ni d’un côté, ni de l’autre.

Une journaliste de FR3 et son cameraman arrivent. Ils filmeront dans le froid 3 heures durant.
Puis le maire de Villarrodin vient me rejoindre.

8h00 : Les onze cars italiens arrivent remplis de 50 personnes chacun : 550 personnes.
La PAF commence les contrôles des identités qu’ils comparent à des listes qu’ils ont sur des fichiers.

Je monte dans chacun des cars pour souhaiter la bienvenue en France au nom de la coordination ; cet accueil imprévu pour eux, tellement ils sont anxieux au vu du déploiement de police, provoque des explosions d’applaudissements et de chants.
Je les préviens toutefois que le chemin vers Lyon sera encore long.
Plus de la moitié des Italiens ont plus de 50 ans.

11 heures30 : Après des contrôles interminables, les cars partis au compte-goutte attendent près de Saint-Jean-de-Maurienne, le dernier d’entre eux encore retenu au Fréjus.

Un hélicoptère ne cesse de survoler le convoi. Je les suis en voiture.

Un car aura été retenu plus de 4 heures.

Mais où sont les accords de Schengen ?
Pourquoi un contrôle systématique des personnes sur des opposants à un projet international qui n’a pas donné lieu à débat public ?

12h30 : Je suis en voiture le convoi des onze cars.

A l’arrivée au péage de St Quentin Fallavier, aux abords de Lyon, une brigade de CRS intercepte le convoi et stocke les cars sur le parking situé après le péage.
Les CRS laissent les Italiens, malgré mes remarques au commandant, descendre des bus, et se retirent pour les laisser envahir l’autoroute sans stopper le voitures.
Je sens le piège qui permettrait aux CRS de charger et j’appelle le préfet de police pour lui demander de donner l’ordre aux CRS de faire remonter les Italiens dans les bus immédiatement.
Il donne cet ordre. Les CRS s’exécutent.
Les cars restent bloqués. Les Italiens discutent entre eux et décident de continuer vers Lyon. Dès l’annonce de cette décision, l’ordre est donné de les laisser passer.

Quelle justification à ce nouvel arrêt ? Est-ce pour organiser une provocation et permettre de justifier leur refoulement ? Est-ce pour retarder encore leur arrivée à Lyon ? Quel droit applique-t-on ?

15h50 : Les opposants au Lyon-Turin enfin arrivés à Lyon veulent faire partir un cortège de la place des Brotteaux.
Mais les cars sont amenés sur la place elle-même.

Le piège se referme sur eux et sur les manifestants français qui les attendaient sous la pluie : la place est encerclée et fermée en grande partie par des CRS.
Derrière les barrières, sur trois cercles concentriques : un minimum de 1500 hommes en uniforme sont comptés.

Avant l’arrivée des italiens, les membres de la coordination se rendent compte que plusieurs manifestants déguisés sont en fait des policiers infiltrés.
L’un d’entre eux, en salopette blanche, bouscule des journalistes et s’en prend au caméraman de FR3. La jeune journaliste est affolée et elle va partir.
D’autres ne sont là que pour provoquer des incidents qui puissent dégénérer et justifier les moyens déployés.

16h40 : Les No TAV italiens ne veulent pas être « venus à Lyon pour rien ».

Les manifestants se trouvent parqués au croisement de la rue Juliette Récamier et du boulevard des Belges, dans le 6è arrondissement de Lyon.

Les policiers laissent entrer des gens sur la zone mais personne n’en sort pour l’heure.

J’arrive peu après les cars et pour pénétrer sur la place, je dois franchir les barrières tenues par les policiers qui me disent « Entrez si vous voulez, mais sachez que vous ne pourrez pas ressortir ».

Je retrouve les membres de la coordination et de nombreux journalistes qui viennent m’interroger

Un hélicoptère doté de puissants phares survole la place et fait du sur-place dans un vacarme assourdissant qui créée le stress chez les manifestants, rend difficiles les conversations et appels téléphoniques.
Je demande au chef du service d’ordre qu’il s’éloigne, ce qu’il fera mais il reviendra un quart d’heure plus tard.

17h20 : Pas d’incident majeur pour l’heure sur la zone dans laquelle les manifestants sont contraints de rester.
On invite les Italiens à remonter dans les cars par lesquels ils sont venus.

Le cortège anti-Lyon-Turin n’aura pas pu défiler cet après-midi dans les rues de Lyon.

Pour vérifier les cars et les obliger à repartir, des violences sont faites aux manifestants et je vois s’exercer devant moi une menace au revolver sur un chauffeur pour l’obliger à démarrer.

19h15 : Les manifestants lyonnais ont estimé que la situation était semblable à ce qui s’est produit place Bellecour en 2010, situation qualifiée de « garde à vue à ciel ouvert » : les opposants italiens au Lyon-Turin sont restés circonscrits sur la place et ne peuvent pas en sortir, hormis à bord d’un car.

Voulant absolument éviter le syndrome de Bellecour 2010, je prends la décision d’assumer la responsabilité du rassemblement et je vais négocier avec les responsables des différentes forces de l’ordre présentes.

Voyant que le piège est refermé et que la décision est prise de faire sortir les cars en laissant les manifestants français dans la nasse, j’essaie de négocier avec les autorités une sortie par petits groupes intercalés entre les cars.

N’obtenant pas satisfaction, j’appelle le préfet de région qui me donne sa parole que, si nous laissons partir les cars, les Français pourront sortir par petits groupes sans contrôle d’identité.
Cette parole ne sera pas tenue puisque la plupart, pour sortir devront présenter leurs papiers.

Pour dégager la responsabilité de la coordination qui avait demandé l’autorisation du rassemblement, j’ai demandé la dispersion du rassemblement ; je l’ai fait à deux reprises devant des caméras de télévision différentes en précisant que j’effectuais cette demande en constatant devant eux que cette dispersion était rendue impossible par le bouclage de la place et que c’était donc la police et l’État qui prenaient la responsabilité de ce qui pourrait se passer.

Avec Marc Pascal, nous assurerons jusqu’à la sortie du dernier manifestant de la place en surveillant la façon dont se déroule le contrôle. Tous les noms et numéros de pièces sont relevés.

A l’autre angle, madame le Consul d’Italie est venue à la demande des manifestants.

La journée aura été rude, dans le froid et sous la pluie.
Mais ce que nous ne savions pas, en étant enfermés sur la place, c’est que des charges de policiers avaient lieu en parallèle dans les rues hors de la place, notamment sur le trajet des bus.

Ainsi plusieurs jeunes ont été véritablement tabassés, sans griefs, et emmenés au poste.

Le lendemain, il n’y a pas eu de comparution immédiate au tribunal, mais seulement un jeune (David) convoqué en correctionnelle pour février.
Il est ressorti du poste avec beaucoup de traumatismes ; nous avons une video partielle de ce passage à tabac.
Les personnes qui l’accompagnaient sont prêtes à témoigner. Peut-être y aura-t-il d’autres comparutions. ?

Il faudra s’interroger sur cette façon d’encercler et de piéger une manifestation, en l’occurrence un rassemblement autorisé, sans donner aux organisateurs la possibilité de dispersion.

Je peux enfin témoigner qu’à plusieurs reprises, l’attitude des policiers infiltrés d’abord, des CRS ensuite au péage et des policiers sur la place a été provocatrice.

J’avais l’impression que beaucoup de policiers étaient conditionnés pour faire face au « diable », tous prêts à casser du manifestant.

Dans mes dialogues avec les responsables d’unités qui se sont succèdés, mes appels à la modération étaient ignorés, comme si l’objectif était de provoquer des incidents qui auraient justifié le déploiement de cet énorme arsenal.

Je dois dire également que j’ai été interpelé par la dizaine de personnes (des soi-disant manifestants), qui sont montés dans un fourgon blanc comme on monte dans le car après une journée de travail. A mon interrogation, la réponse fut « ce sont des gens qui n’ont pas leur papiers sur eux. On les emmène au poste ! ». Je dois avouer que je suis resté perplexe. La réponse était sans doute exacte, mais étaient-ils de vrais manifestants ? Je ne l’ai pas cru.

20 heures : Monti et Hollande ont depuis longtemps quitté Lyon mais aux Brotteaux, une poignée de manifestants est restée sur place.

Selon Le Progrès, 54 opposants au Lyon-Turin ont été interpelés dans la journée.

Des pierres et des bouteilles ont été lancées en direction des CRS. Après une dernière charge de la part des forces de police, tous les cars de manifestants italiens sont partis.
Sur le reste de la place, le dispositif de sécurité a été progressivement levé. L’arrêt de métro Brotteaux de la ligne B a finalement été ré-ouvert comme l’ensemble du secteur de la préfecture.

20h30 : Nous quittons la place qui se vide des 500 policiers encore présents à 20h.

Les conclusions d’une telle journée me laissent perplexe. Ceux qui avaient tant critiqué l’État policier mis en place par Sarkozy ont endossé l’uniforme en lui donnant encore plus d’ampleur.

Que voulait-on prouver avec la mise en place d’un tel dispositif ?

Le ministre de l’Intérieur voulait-il montrer des muscles devant ses collègues et les deux chefs d’État présents, voulait-il faire monter ses sondages de popularité auprès de la population lyonnaise avec cette mise en scène ?

Nos amis piémontais, paisibles villageois, Turinois ou universitaires (certes accompagnés de quelques jeunes anarchistes), sont repartis en disant que la police d’Hollande n’avait rien à envier à celle de Berlusconi-Monti .
Habitués et aguerris face à l’armée et aux escadrons de gendarmerie , soit 4000 policiers qui se relaient jour et nuit pour « protéger le site ».

L’argument qui restait aux promoteurs du Lyon-Turin pour faire valoir le projet après que nous ayons démystifié tous les chiffres de trafic et de coûts, était l’argument de la mise en relation entre les peuples que devait créer ce nouveau tunnel.
C’est vraiment mal parti lorsqu’on voit comment on organise l’accueil de nos voisins italiens à la sortie du Fréjus, tunnel existant.

Comment faire confiance à ces dirigeants qui ont menti pour construire ce dossier et qui ont également menti en créant une galerie de sécurité pour le Fréjus et en annonçant récemment qu’elle constituerait une nouvelle voie pour faire passer des camions.

Propos recueillis par Laurent Blondaz, militant MRS-EELV en Savoie
Contact : info regionsavoie.org

http://www.reporterre.net/spip.php?...




Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur