Afrique du Sud : la crise des mineurs continue

mercredi 31 octobre 2012
par  Pierre L
popularité : 5%

Afrique du Sud : la crise des mineurs continue

Le Monde.fr | 30.10.2012

De nouveaux heurts mardi dans le bassin minier de Rustenburg (nord) entre policiers et grévistes d’Amplats sont venus rappeler que la crise sociale qui agite les mines sud-africaines depuis août n’est pas terminée, malgré les efforts du pouvoir pour rassurer les investisseurs internationaux.

Tôt mardi matin, la police a tiré des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des grenades assourdissantes pour disperser un millier de mineurs qui empêchaient les pompiers d’intervenir contre un incendie.

Des ouvriers d’Amplats, numéro un mondial du platine et filiale du géant minier Anglo American, ont érigé des barricades sur la route qui menait à une station électrique en flammes, probablement incendiée par des grévistes.

CRISE DE CONFIANCE ENTRE MINEURS ET SYNDICAT

Une nouvelle fois, cette crise à Amplats illustre un problème récurrent : un certain nombre de mineurs refusent de faire confiance à leur puissant syndicat NUM, jugé trop proche du pouvoir et trop compromis avec le patronat.

Vendredi, la direction d’Amplats et le NUM avaient bien négocié un accord, dans l’espoir de mettre fin à plus de six semaines de grève. La direction acceptait de réembaucher 12 000 ouvriers licenciés pour grève sauvage.

A lire : Afrique du Sud : Amplats licencie 12 000 mineurs grévistes (à lire ci-dessous)

Mais le noyau dur des grévistes a refusé le compromis et appelé à la poursuite du mouvement. "Les ouvriers sont prêts à reprendre le travail si la direction met quelque chose sur la table", a rétorqué pour sa part un représentant des grévistes, Siphamandla Makhanya, joint par téléphone. "On a fait six semaines de grève, ce n’est pas pour revenir au travail les mains vides".

AMPLATS, DERNIÈRE COMPAGNIE TOUCHÉE PAR LES GRÈVES

Amplats, où la grève a démarré le 12 septembre, est la dernière grande compagnie minière encore paralysée par la vague de grèves sauvages qui a démarré dans le sang à Marikana en août, à l’initiative de mineurs en colère contre le NUM et réclamant de fortes hausses de salaires.

Ces conflits sociaux ont fait au total une soixantaine de morts en deux mois et demi, dont 34 mineurs de Lonmin (platine) abattus par le police le 16 août à Marikana.

Ces troubles ont coûté 10,1 milliards de rands (912 millions d’euros) à l’industrie minière en 2012, conduisant à une révision à la baisse des prévisions de croissance de l’économie sud-africaine pour l’année à 2,5 %.


Afrique du Sud : Amplats licencie 12 000 mineurs grévistes

Le Monde.fr avec AFP | 05.10.2012

http://www.lemonde.fr/afrique/artic...

Le numéro un mondial du platine Amplats a annoncé vendredi 5 octobre le licenciement de 12 000 de ses 28 000 mineurs en grève sauvage du site de Rustenburg, dans le nord de l’Afrique du Sud, alors qu’un homme a été tué jeudi soir dans des affrontements entre la police et les employés.

"Environ 12 000 employés ont décidé de ne pas se présenter [devant les conseils de discipline], de ne pas assister aux audiences, et ont donc été licenciés en leur absence", précise un communiqué du groupe. Cette filiale d’Anglo American avait clairement menacé de licencier les grévistes illégaux qui refuseraient de comparaître devant les conseils de discipline. Les conseils de discipline, convoqués depuis mardi, se sont tenus comme prévu, explique Amplats. "Les employés concernés connaîtront aujourd’hui [vendredi] le verdict de leur audience. Ils auront trois jours ouvrables pour faire appel".

L’entreprise, dont tous les puits du bassin de Rustenburg sont bloqués depuis le 12 septembre, avait déjà lancé plusieurs ultimatums à ses employés, les sommant de reprendre le travail sous peine de licenciement. Les ultimatums avaient jusqu’à présent été repoussés à chaque fois.

ENVIRON 80 000 MINEURS SONT ACTUELLEMENT EN GRÈVE SAUVAGE

Les grévistes, dont le mouvement ne respecte pas les procédures du droit du travail sud-africain, réclament une augmentation de salaire substantielle à 16 000 rands mensuels (1 450 euros). La "ceinture de platine" de Rustenburg a été touchée par plusieurs grèves sauvages chez les plus gros producteurs mondiaux depuis août, dans la foulée du conflit social sanglant du site de Marikana, exploité par Lonmin, où 46 personnes ont trouvé la mort.

Lonmin a finalement concédé des augmentations de salaires de 11 à 22 % aux grévistes, suscitant l’espoir d’obtenir de substantielles hausses chez les mineurs des autres sites. Environ 80 000 mineurs sont actuellement en grève sauvage en Afrique du Sud, dans les mines de platine et d’or essentiellement.



Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur