Les manifestations anti-nucléaire rassemblent plus de 250.000 personnes en Allemagne

Les allemands descendent en masse dans la rue contre le nucléaire
lundi 28 mars 2011
popularité : 28%

Les manifestations pour la fermeture des centrales nucléaires en Allemagne ont rassemblé samedi plus de 250.000 personnes dans quatre grandes villes allemandes, ont estimé les organisateurs.

D’après eux, les manifestants étaient 100.000 à Berlin, 80.000 à Hambourg, 60.000 à Cologne et 50.000 à Munich. La police parle elle d’un total de 115.000 personnes à Berlin, Hambourg et Munich. Par principe, les forces de l’ordre de Cologne ne donnent jamais de chiffres lors des manifestations.

La foule réclamait la fermeture des centrales nucléaires allemandes, à la veille d’une élection régionale aux allures de référendum sur la politique énergétique d’Angela Merkel.

Selon les organisateurs, il s’agit donc de la plus importante manifestation anti-nucléaire de l’histoire du pays.

Aux cris de "Fukushima, Tchernobyl, trop c’est trop !", et de "Fermez-les", les manifestants ont exhorté le gouvernement à arrêter une bonne fois pour toutes les 17 réacteurs du pays.

"Nous ne pouvons plus nous permettre le risque d’une catastrophe nucléaire", affirmait le lobby écologiste allemand BUND, qui a appelé à manifester.

Selon le porte-parole de la police de Berlin Jens Berger, les manifestants étaient plus de 100.000 dans la capitale (120.000 selon les organisateurs). Son collègue de Hambourg, Andreas Schoepflin, faisait lui état de 40.000 personnes dans les rues de la grande cité portuaire du nord.

A Munich, les manifestants étaient 30.000 selon la police, 40.000 selon les organisateurs, tandis qu’à Cologne, le BUND parlait de 40.000 personnes.

Une minute de silence a été observée à la mémoire des victimes du séisme et du tsunami du 11 mars au Japon, qui ont en outre endommagé la centrale nucléaire de Fukushima, déclenchant la crise nucléaire actuelle.

La catastrophe à Fukushima Daiichi a poussé la semaine dernière le gouvernement d’Angela Merkel à ordonner la fermeture provisoire de sept des plus vieux réacteurs du pays, en attendant le résultat d’enquêtes de sécurité. Depuis, les responsables ont laissé entendre que ces arrêts pourraient bien être définitifs pour plusieurs d’entre eux.

Le nucléaire est très impopulaire en Allemagne depuis le passage sur le pays du nuage radioactif venu de Tchernobyl en 1986. Il y a dix ans, la gauche avait prévu de tourner définitivement la page du nucléaire d’ici 2021, mais le gouvernement Merkel est revenu dessus l’année dernière, prolongeant de 12 ans l’espérance de vie des centrales.

Le débat politique a repris de plus belle après Fukushima, poussant Berlin a mettre ses projets actuels en stand-by, à l’heure où de nombreux députés d’opposition réclament désormais la fermeture des réacteurs avant 2020.

L’Allemagne, principale économie d’Europe, est dépendante à 23% du nucléaire pour son électricité.



Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur