Une expérience vécue à Avignon et en Vaucluse, qui tendrait à se généraliser partout ?

lundi 31 janvier 2011
popularité : 47%

Des enseignants et formateurs bons à tout faire ?

"

De la même façon que le Service de la Formation Continue de l’Université forme des formateurs sans matière ou domaine, disant que ces matières ou domaines, les formateurs formés les découvrent en stage pratique !

(je raccourcis à peine ...),

dans ma longue et brillante carrière d’enseignante de lettres, de professeur de Français Langue étrangère (FLE), de formatrice, on m’a demandé :

  • d’enseigner en plus du français, le latin, mais ça allait, javais passé un certif. de latin dans mes jeunes années ;
  • d’enseigner en plus du français l’Éducation Sociale et Familiale, à des jeunes en formation au CAP E.S.A.C. (d’ Employés de Secrétariat, Administration et Commerce) dans un groupement d’entreprises de formation managé par le GRETA du LYCEE R.SCHUMAN)
  • d’enseigner, en plus du français, l’Histoire- Géographie à des jeunes préparant des C.A.P. des métiers du bâtiment (maçons, carreleurs, électriciens, froid clim., peintres, serruriers etc) au CFA Florentin Mouret ;
  • de même, à des jeunes préparant des CAP d’ébénistes, au Centre de Formation Continue de Châteaurenard de la Chambre de commerce et d’industrie d’Arles ; puis à d’autres préparant des BEP - mais j’ai arrêté ;
  • d’enseigner en plus du français, de l’éducation socio-culturelle à des jeunes préparant des CAP des métiers de l’Horticulture et des soins aux équidés, au CFA L.Giraud de Carpentras-Serres ;

de la même façon, j’ai vu des collègues formateurs enseigner le français ou les maths sans trop de qualifications ni pour l’un ni pour l’autre...

"


Merci pour ce témoignage de Catherine ....


Sites favoris


141 sites référencés dans ce secteur