Préavis de grève NATIONAL, du 25 octobre 2010 au 30 octobre 2010, de la Fédération des syndicats SUD’Education

mercredi 20 octobre 2010
popularité : 45%

Monsieur le ministre de l’Éducation nationale
110 rue de Grenelle, 75007 Paris
Mme la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
1 rue Descartes, 75231 Paris Cedex 05
Monsieur le ministre de l’intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales
Place Beauvau, 75800 Paris
Monsieur le ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique
139, rue de Bercy, 75572 Paris Cedex 12

Objet : Préavis de grève

Saint-Denis, le 15 octobre 2010.

Mesdames et Messieurs les ministres,

La Fédération des syndicats SUD éducation dépose auprès de vous, conformément à la législation en vigueur, un préavis de grève couvrant du 25 octobre 2010 au 30 octobre
2010 inclus
l’ensemble des personnels travaillant dans les établissements scolaires (enseignants, enseignants-chercheurs et chercheurs, IATOSS, ITA et personnels éducatifs,
titulaires ou précaires, de droit public ou de droit privé, employés par le ministère de l’Education Nationale, le Ministère de l’enseignement Supérieur et de la recherche, le
Ministère de l’intérieur, de l’outre mer et des Collectivités Territoriales, ou le Ministère de la fonction publique) qui se mobiliseront :

· pour le retrait du projet de loi Woerth sur les retraites
· contre les suppressions massives d’emplois décidée par M. Xavier Darcos et Chatel dans l’Education Nationale, et contre les suppressions d’emploi au CNED.
· contre la réforme du lycée de M Châtel et les projets de décrets sur les EPLE étendant les pouvoirs des chefs d’établissements et du conseil pédagogique.
· contre les DHG insuffisantes dans les établissement du second degré, qui dégradent la qualité du service public d’Education
· contre la loi d’autonomie à l’université, la modification du statut des enseignants-chercheurs, la mastérisation du recrutement et de la formation des futurs
enseignants ;
· contre « Base-élèves » qui organise le fichage des enfants ;
· contre la suppression des BEP et la généralisation du bac professionnel en trois ans ;
· contre la dégradation des conditions de travail de tous : ajout continuel de disciplines dans le premier degré, multiplication des réunions hors du temps de travail ;
baisse du nombre de jours de congés pour les TOS, les rapports Pochard et Attali.
· contre la flexibilité (remplacements à l’interne « Fillon- Robien ») et la précarité (assistants d’éducation, Emplois Vie Scolaire, Contrats Avenir, Contrats d’Aide à
l’Emploi, MAGE et divers CDI, etc.) ;
· contre la mise au pas de tous (mise en place des EPEP dans le premier degré, du conseil pédagogique dans le second degré), y compris pédagogique (lecture,
grammaire, calcul) ;
· contre la remise en cause des droits des TOS (affectation, mutation et congés) ;
· contre la répression syndicale et policière (élèves sans papiers, militants RESF, lycéens et étudiants en lutte. Pour soutenir R. Veuillet ; nous demandons l’application
de l’avis rendu le 25 janvier 2005 par le CSFP, préconisant l’annulation de la sanction dont il a été victime et la mise en place d’une véritable enquête administrative
permettant le réexamen de son dossier. Pour soutenir D. Piveteaud, PEMF à Paris, afin que soient levées les sanctions déguisées dont il a fait l’objet.
· pour refuser les heures de travail gratuit que l’on impose aux personnels sous prétexte de « journée de solidarité » (ex-« lundi de pentecôte »). la Fédération SUD
éducation dénonce toutes les attaques faites contre le droit du travail.
· Contre toute remise ou limitation du droit de grève (service minimum...)
· Contre l’article 62-alinea VIII visant à supprimer le régime actuel des retraites outremer et le calcul des bonifications pour service fait dans ces territoires. Pour
l’indexation des salaires à Mayotte.
· Pour l’abandon du protocole d’inspection des CPE, projeté par l’IGEN établissements-vie scolaire.
· Contre le dévoiement des missions des conseillers d’orientation, psychologues et la disparition du service public d’orientation.

La Fédération des syndicats SUD éducation revendique :
· une véritable réduction du temps de travail pour tous ;
· la création d’un corps de remplaçants avec des personnels titulaires, volontaires, avec décharge de service horaire ;
· un corps unique avec un salaire unique ;
· l’arrêt du recrutement de précaires, la titularisation sans conditions de concours ni de nationalité de tous les personnels précaires ;
· la création de tous les postes nécessaires ;
· 300 euros d’augmentation de salaire pour tous.

Afin qu’aucune ambiguïté ne permette de faire pression sur les personnels grévistes, nous vous demandons avec insistance de bien vouloir en aviser toutes les
directions de personnel concernées.

Je vous prie de croire, Madame le ministre, Monsieur le ministre, à notre attachement aux services de la Fonction publique.

Olivier Lorreyte, Co-secrétaire de la fédération des syndicats SUD éducation


  • 17 boulevard de la Libération
  • 93200 Saint-Denis
  • tél 01 42 43 90 09
  • fax 01 42 43 90 32 - fede sudeducation.org

Le préavis en ligne et en pdf ...